Quand Disney nous (ra-)conte des histoires…

Il y a quelques jours, j’ai entrepris de regarder « Alice de l’autre côté du miroir ». Dans le cadre d’une lecture de recherche, j’avais croisé le roman avec la symbolique du miroir. Je me suis donc renseigné très brièvement sur l’histoire du roman.

Plus tard, lorsque je compare le synopsis du film au résumé du roman, quelle fût ma surprise de voir que l’adaptation était TRÈS loin de la version de Lewis Carroll. Beaucoup plus loin que ce que je pensais….

La VRAIE version de certains romans

Tout d’abord, Disney a adapté bon nombre de contes d’autrefois. Je le reconnais, sur le plan esthétique la plupart des films sont magnifiques. Mais l’histoire remaniée à de quoi en faire rire plus d’un !

Le Chaperon Rouge, de victime à héroïne

Dans la version de Disney, le Chaperon Rouge vient à la rencontre de sa grand-mère. Elle croise les 3 petits cochons (crossover) et le loup. Ce dernier essaie de la manger, mais n’y arrive pas. Alors il fonce chez la grand-mère pour la manger elle aussi. La fin se termina par un sauvetage des deux femmes et une fuite du loup sous une pluie de pop-corns ! Je parle ici de la version courte de la série « Silly Symphony »

On est bien loin du conte de Perraut, qui ne donnait pas une fin aussi digne de son histoire. En effet, la fin de son histoire se terminait par la mort du Chaperon Rouge et de sa grand-mère par le loup. Les frères Grimm sont allés encore plus loin : en plus du même dénouement ils ont ajouté un chasseur qui évincera le loup !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Petit_Chaperon_rouge

Cendrillon, une jalousie sanguinaire

La version de Disney est très édulcorée, notamment parce qu’elle a été adaptée une première fois en film d’animation. Cependant sa deuxième version, plus mature, ne montre pas plus l’aspect glauque de l’histoire.

Cependant en réadaptant ce conte, les frères Grimm ont préféré y ajouter un peu de sang ; la belle-mère força les sœurs de Cendrillon à se couper les doigts de pied pour parvenir à rentrer dans la pantoufle si célèbre. Dans une autre version, elles furent condamnées à chausser des pantoufles chauffées à blanc jusqu’à ce que mort s’en suive.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cendrillon

http://www.grimmstories.com/language.php?grimm=021&l=fr&r=de

La version originale des contes adaptés par Disney semble d’un certain point de vue effrayant pour notre époque. Cependant, il faut se remettre dans le contexte de l’époque ; un XIVe siècle où la monarchie était coutume, et où l’enseignement des « bonnes » mœurs était bien plus répandu qu’aujourd’hui. Dans le cas de Perrault comme de Grimm, une double lecture se met en place dans les contes : une avec des personnages éponymes qui vivent d’extraordinaires aventures pour les enfants. L’autre, où les personnages deviennent l’incarnation d’une société sans droits apparents ou bien l’un des nombreux défauts de l’humanité. Ainsi la figure du loup relève du prédateur sexuel ou d’un père maltraitant par exemple.

D’un autre côté, même si cela reste exagéré pour ce que c’est, l’aspect gore et violent des contes sont censés représenter les peurs et les angoisses des enfants.

https://www.contrepoints.org/2013/09/22/139910-charles-perrault-contes-enfants-adulte

https://www.cairn.info/revue-topique-2011-3-page-179.htm

Une censure nécessaire… Qui véhicule néanmoins les principes les plus sexistes et discriminants d’aujourd’hui

Aujourd’hui, Disney pèse très lourd dans la balance du cinéma. Il est clairement axé sur le cinéma destiné aux jeunes enfants et aux jeunes adultes. Pourtant, il y a peu voire pas de sang dans la majorité de ses films. Un comble quand on connait les histoires originales !

En fait, le film adapte ce que la culture lui impose. Il est indirectement le reflet exagéré d’une société. Cette culture cinématographique, notamment celle destinée aux enfants, leur fait inculquer non seulement des principes d’éducation, mais aussi tout ce que la société formate et les clichés avec. Point d’effusion de sang pour ne pas choquer les plus jeunes. Dans ce sens-là je peux comprendre un certain remaniement de l’histoire originale pour la version Disney, celle qui est censé vendre du rêve et des bons souvenirs.

Mais les princesses Disney deviennent des jeunes filles naïves, belles… et incompétentes (dixit Blanche Neige et Cendrillon). Et des princes qui tombent comme par hasard ; le couple vécut heureux et ils eurent beaucoup d’enfants, dans un château somptueux. Il y a quand même un air de mythe américain là-dedans. Et malheureusement beaucoup de sexisme à l’encontre de la femme. Par exemple, ce n’est implicitement pas à la femme de choisir son homme ; elle se doit de savoir faire les tâches ménagères ; elle doit toujours bien se vêtir ou bien paraitre, etc.

Cependant, une bonne chose est à tirer des adaptations réalisées récemment : Disney prend en compte que le statut de la femme est en train de changer au fil des années, et fait quand même un effort pour rendre l’image de la femme plus forte et plus mature. Ainsi, elles utilisent divers objets et pouvoirs contre des hommes, mais cela reste malheureusement dans le registre du comique.

Il en est tout autre dans les adaptations destinées à un public plus mature : dans le cas de l’adaptation de Tim Burton, Alice ne parait pas aussi manipulée que dans la version animée par exemple. Elle prend même un rôle qui est destiné à l’homme : celui de capitaine de navire. Et sauve finalement le pays des merveilles !

http://www.atlantico.fr/decryptage/belle-au-bois-dormant-peter-pan-pinocchio-pourquoi-disney-edulcore-toujours-fin-histoires-954696.html

http://www.psychologies.com/Famille/Enfants/Apprentissage/Articles-et-Dossiers/Il-etait-une-fois-selon-Disney

En annexe, un article qui analyse la culture Disney, celle au-delà du business cinématographique. Il est quand même assez inquiétant de voir que des revues sont soumises à l’ultra-capitalisme et -excusez-moi du terme – abrutissent les jeunes générations.

http://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2001-3-page-109.htm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s