Le son, une onde banale qui peut conduire à la torture du siècle !

C’est en me remémorant une installation artistique à laquelle j’avais assistée il y a 3 ans que je me suis posée cette question. Cet atelier, installé au Palais de Tokyo, à Paris, avait la particularité de diffuser un son qui donnait une ambiance lugubre. Certaines personnes se seraient senties mal, pensant en la présence de fantômes. Bien que notre projet n’ait pas encore de véritable objectif, penchons-nous pour savoir comment agit le son dans certains cas et nous amène à être désorienté et confus.

Tout d’abord, le son est mesuré à l’aide de fréquences, d’amplitudes et de volume. Le spectre audible se situe en général entre 20 Hz et 20000Hz. Au-dessus et en-dessous, on parle d’ultrasons (> 20kHz) et d’infrasons (< 20Hz). Selon le site Article11.info, le son est devenu au fil du temps une arme. Ces dernières sont appelées « armes soniques ». Elles sont généralement non létales, mais pourraient l’être. En effet, la fréquence combinée au volume peut permettre les lésions sur le corps, entrainant dans certains cas la mort. Ainsi à 200 décibels (dB), des lésions aux poumons peuvent apparaitre. Bien que sans danger en apparence, le son a des propriétés physiques et peut affecter le corps humain, les êtres vivants et les objets. L’article nous donne d’ailleurs un très bon exemple avec le mythe de la Castafiore qui arrive à briser des verres avec sa voix.

Cependant, les armes soniques sont de plus en plus prisées pour un usage policier et militaire. La découverte de la nocivité des infrasons est attribuée au docteur Gavreau, après qu’il eut découvert par hasard qu’un ventilateur combiné au conduit d’aération de son laboratoire produisait des effets indésirables chez ses collègues chercheurs. Dans une thématique plus lugubre, ce type d’expérience sonore a conduit à croire qu’un laboratoire britannique était hanté. Dans le fond, la cause venait aussi d’un ventilateur (19Hz + gaine d’aération). Mais la fréquence de ce dernier couplé à l’amplification de la gaine suffisait à donner des hallucinations visuelles ainsi qu’un sentiment d’étouffement. La fréquence amplifiée faisait vibrer les globes oculaires.

Les armes soniques, bien que non déployées en situation de guerre (à ma connaissance), sont bien utilisées pour des troubles à l’ordre public. En effet, certaines polices et armées les utilisent pour disperser des manifestants et pour ramener l’ordre public d’une manière générale. Le son peut aussi être utilisé comme moyen de torture, en référence à la « torture blanche » ou à la guerre du Vietnam. Cela me fait d’ailleurs penser à un fait divers qui était passé dans les manchettes françaises il y a quelques années de cela.

Des dispositifs acoustiques comme « Beethoven » ou « Mosquitoe » avaient été utilisées pendant un temps par des particuliers ou des comités privés. Ces boitiers servent de répulsif « anti-jeunes » : les fréquences diffusées (ultrasons notamment) apparaissaient comme désagréables aux oreilles des moins de 20 ans. Ainsi les jeunes n’avaient pas d’autre choix que de s’en aller de la zone sonore. Heureusement, la justice française a rapidement interdit ce type de dispositif.

Illustration d'une boite à ultrasons de type Mosquitoe ou Beethoven.
Illustration d’une boite à ultrasons de type Mosquitoe ou Beethoven (Figaro.fr).

Bref, c’est controversé, mais tous ces témoignages et ces expériences prouvent que le son peut avoir une incidence physique et physiologique. Mais un son peut-il déclencher des émotions en particulier ?

Pour l’instant, le son peut faire apparaitre des sensations comme la peur, l’étouffement, et des émotions comme la tristesse. Hervé Grescaret le reconnait, peu d’études ont été effectuées sur l’affect émotionnel du son. Cependant, nous ne pouvons pas nier que la musique peut nous donner une certaine émotion. Dans une première approche, « l’affect émotionnel » d’un air musical tiendrait principalement à la structure de ce dernier : le tempo et le mode notamment. De plus, une corrélation a été découverte entre la perception et l’imagination d’une musique. On peut donc déduire, d’une manière plus simple, que le son peut engendrer des souvenirs.

Notre projet, qui pourrait potentiellement utiliser un système sonore, permettrait de diffuser une ambiance contrôlée ou autonome. Le son serait par ailleurs possiblement plus efficace pour générer une sensation, une émotion ou une ambiance. A l’instar des yeux avec leurs paupières, les oreilles n’ont pas de moyen direct de se protéger des sons. Ainsi le traitement du son se fait peut-être plus rapidement que le traitement des images.

http://www.article11.info/spip/IMG/pdf/v2_le_son_comme_arme.pdf, consulté le 25 octobre 2016.

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01156608/document, consulté le 25 octobre 2016.

http://www.20minutes.fr/debats/222856-ultrasons-faire-fuir-jeunes-pensez-vous, consulté le 25 octobre 2016.

http://www.lefigaro.fr/actualites/2008/04/30/01001-20080430ARTFIG00369-la-justice-interdit-le-boitier-anti-jeunes.php, consulté le 25 octobre 2016.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Arme_%C3%A0_%C3%A9nergie_dirig%C3%A9e, consulté le 25 octobre 2016.

http://lemondeactualite.unblog.fr/2011/10/10/les-armes-soniques-ou-psychotroniques/, consulté le 25 octobre 2016.

http://www.palaisdetokyo.com/fr/evenement/philippe-parreno, consulté le 25 octobre 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s